Faire un don Shop

Vous avez demandé, nous avons répondu : projet pilote sur le revenu de base

Au cas où vous l'auriez manqué, nous avons lancé le premier projet pilote sur le revenu de base pour les personnes vivant dans la forêt tropicale la semaine dernière. 

Nous avons reçu une réponse incroyable à cette nouvelle. À tel point que nous voulions répondre à certaines des brillantes questions que vous nous avez envoyées. Restons coincés.

1- À quoi les habitants de la forêt tropicale dépensent-ils l’argent de Cool Earth ?

La réponse rapide est que les peuples autochtones utilisent cet argent pour couvrir leurs besoins les plus urgents, comme la nourriture, les médicaments ou pour aider leur communauté.

Cependant, avant le premier transfert, nous avons passé de nombreux mois à consulter des individus, des dirigeants communautaires et nos organisations partenaires dirigées par des autochtones, ONAMIAP et OMIAASEC, pour nous assurer que ce projet pilote répondait à leurs besoins et correspondait à leur vision.

Les résultats nous ont donné un excellent aperçu des défis auxquels les gens sont confrontés. 82 % ont répondu que tout revenu qu’ils gagnent est consacré à l’achat de nourriture.

La déforestation, la perte de biodiversité et le changement climatique exacerbent les impacts sur les systèmes alimentaires autochtones, déjà impactés négativement par des pressions telles que l'urbanisation et la pollution des industries extractives. L’insécurité alimentaire des peuples autochtones est l’une des plus élevées au monde. Ce projet pilote pourrait avoir des impacts extraordinaires sur l’accès à une alimentation saine et, à terme, sur la souveraineté alimentaire.

Les équipes ONAMIAP, OMIASEC et Cool Earth préparent le processus d'inscription au revenu de base pour les communautés Asháninka et Yanesha au Pérou.

Les équipes ONAMIAP, OMIASEC et Cool Earth préparent le processus d'inscription au revenu de base pour les communautés Asháninka et Yanesha au Pérou.

2- Y a-t-il des conditions liées à la manière dont l'argent doit être dépensé ?

Contrairement aux paiements pour les services écosystémiques ou à d’autres modèles traditionnels de transferts monétaires, ces paiements ne sont assortis d’aucune condition.

Dans un endroit diversifié et difficile comme la forêt amazonienne, seules les personnes qui y vivent savent ce qui est le mieux pour elles, et non les personnes situées à des milliers de kilomètres. Ils ont besoin d’autonomie et du pouvoir de prendre leurs propres décisions en fonction de leurs besoins très spécifiques et de leur situation unique. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’ils auront le pouvoir de décider de leur propre développement et de l’avenir de leurs forêts tropicales.

C'est également rentable. Les conditions de surveillance signifient que beaucoup d’argent est dépensé en dehors de ces communautés et restreint leur liberté. Nous nous engageons à garantir qu’une grande partie de votre don soit directement versée aux peuples autochtones.

Les équipes ONAMIAP, OMIASEC et Cool Earth préparent le processus d'inscription au revenu de base pour les communautés Asháninka et Yanesha au Pérou.

Les équipes ONAMIAP, OMIASEC et Cool Earth préparent le processus d'inscription au revenu de base pour les communautés Asháninka et Yanesha au Pérou.

3- Quels sont les risques du pilote ? Quelles mesures préventives sont en place pour garantir le succès de l’essai ?

Les risques font partie de tout projet pilote. Les personnes les mieux placées pour les identifier sont celles qui vivent dans les communautés. Au cours des derniers mois, nous nous sommes donné comme priorité de créer des espaces sûrs pour discuter ouvertement des peurs et des risques.

Les principaux risques identifiés par les communautés sont liés à la perte de cohésion et des pratiques communautaires, à une augmentation des violences basées sur le genre, à un impact négatif sur la dynamique familiale et à une augmentation de l'alcoolisme.

Alors, comment se prémunir contre ces risques ?

Les communautés et les organisations autochtones disposent déjà de leurs propres systèmes de gouvernance pour répondre aux menaces pesant sur leurs droits individuels ou collectifs. Tout autant que nous, ils ne veulent pas que ce projet pilote échoue. Nous respectons ces processus et apportons nos réflexions lorsque cela nous est demandé, afin que nous avancions tous dans la même direction.

Dès le début, les communautés nous ont demandé de les accompagner tout au long de ce parcours. Cela n’a jamais été conçu de manière à ce que nous transférions l’argent et disparaissions. Des ateliers réguliers pour aborder les risques, les nouvelles peurs et les problèmes logistiques sont déjà prévus pour les deux prochaines années, ainsi que des voyages et des réunions pour entretenir les relations.

Enfin, la communication est essentielle. Merci à notre partenaire technologique, Trousse de secours, nous avons établi une ligne de communication directe avec les communautés via un portail d'assistance (pensez au service client – ​​mais bon !). Ils peuvent nous parler de tout, qu'il s'agisse de problèmes de paiement, de corruption ou d'impacts négatifs sur la cohésion communautaire. Cela activera une réponse qui sera discutée avec nos partenaires ONAMIAP et OMIAASEC ainsi qu'avec les dirigeants des communautés impliquées dans le pilote.