Faire un don Shop
Image de drone aérien de la forêt tropicale et d'une petite rivière au parc national d'Amboro, en Bolivie

COP 15 : De l'Égypte au Canada, du climat à la biodiversité, l'enjeu est de taille.

Le Global Biodiversity Framework (GBF) veut son Accord de Paris mais au détriment de qui et de quoi ?

Kyoto, Japon, 1998 – Les dirigeants mondiaux préoccupés par le changement climatique ont jeté les bases de ce qui allait devenir le marché du carbone.

Vingt-cinq ans plus tard, ses échecs sont flagrants. Les raisons sont multiples mais deux, en particulier, nous retiennent :

  1. Les écosystèmes, tels que les forêts tropicales, étaient considérés comme « statiques » et ignoraient complètement le fait que les gens y vivent.
  2. Les personnes qui y vivent et qui possèdent une grande partie de ces terres riches en carbone ont été exclues de la table des négociations.

Aujourd'hui, la Convention sur la diversité biologique lance la COP 15 au Canada. L'objectif est de parvenir à un accord historique pour protéger 30% des terres et des océans du monde d'ici 2030 - assez accrocheur appelé l'initiative 30 × 30.

Les experts, les scientifiques et, surtout, les personnes qui vivent dans les points chauds de la biodiversité ont été catégoriques quant aux efforts et aux actions nécessaires pour empêcher l'effondrement de la biodiversité. Les décideurs doivent se rappeler ce qui a conduit à l'échec d'initiatives telles que le marché du carbone et utiliser cela comme une opportunité de penser avec plus de prévoyance et avec une plus grande inclusivité.

Les dirigeants et les militants de la biodiversité réunis à Montréal devraient réaliser que le cadre 30×30 a encore un long chemin à parcourir avant d'être gravé dans le marbre. Les moyens de subsistance des personnes ayant la plus longue expérience en matière de protection des écosystèmes sont en jeu. Pour être couronné de succès, ce processus doit être mené par les peuples autochtones et les communautés locales. D'ici là, aucun cadre ne devrait être adopté.

À surveiller lors de la COP 15

Bien que nous ne soyons pas certains des objectifs du cadre 30 × 30, nous attendons avec impatience les résultats suivants :

  • Augmentation du financement de la conservation directement aux pays en développement,
  • La reconnaissance des connaissances traditionnelles dans la recherche, y compris le partage des avantages financiers de l'utilisation des ressources génétiques,
  • La réduction de la pollution terrestre et marine, qui a souvent un effet négatif disproportionné sur les communautés éloignées ou marginalisées,
  • Reconnaissance des contributions des terres des peuples autochtones et des communautés locales à la biodiversité et soutien aux droits et au financement des zones gérées par les communautés.
Un groupe de personnes dans un bâtiment entourant une carte

Les habitants de Tinkareni et des environs cartographiant leurs territoires

Nous l'avons dit une fois et nous le dirons encore.

Plus de promesses vides. Il n'y a pas d'autre option – nous avons besoin d'action.