Faire un don Shop
Les dirigeants Ashaninka marchant dans la forêt amazonienne.

COP28 : qui écouterez-vous ?

Les dirigeants Ashaninka marchant dans la forêt amazonienne.

Alors que des représentants de près de 200 pays se réunissent à la COP28, les seules voix dans la foule qui résonneront en nous sont celles des peuples autochtones.

En tant qu’association caritative pour le climat, nous sommes sceptiques quant à l’impact de la COP. L’accueillir à Dubaï, une ville qui dépend et promeut la production pétrolière, semble, une fois de plus, ignorer les appels et les craintes des militants pour le climat du monde entier.

Pour les personnes dont les maisons dans la forêt tropicale sont détruites par les impacts de la crise climatique, la COP28, c'est un peu comme entrer dans la fosse aux lions. Pourtant, ces espaces servent de moyen de rassemblement et d’expression de leurs combats, de leurs préoccupations et de leurs espoirs. Seront-ils entendus ?

Elida, leader Ashaninka et membre de l'ONAMIAP, dans la forêt tropicale communale.

Elida, leader Ashaninka et membre de l'ONAMIAP, dans la forêt tropicale communale.

Nous sommes aux côtés de nos partenaires autochtones, ONAMIAP, alors qu'ils participent à la COP28 pour faire campagne et garantir que les droits des peuples autochtones et des communautés locales restent en tête de l'agenda politique.

ONAMIAP est une organisation dirigée par des autochtones qui lutte pour les droits individuels et collectifs des femmes andines et amazoniennes au Pérou. Ils ne sont pas responsables de la crise climatique, mais ils en subissent de plein fouet les conséquences. Leur participation à la COP28 est une manière de résister et de montrer au monde qu’ils existent.

Les peuples autochtones et les communautés locales gèrent plus de 80 % de la biodiversité mondiale sur terre. Si nous voulons protéger nos écosystèmes naturels, comme la forêt tropicale humide, nous devons les écouter.

Ainsi, cette COP, Cool Earth se tient aux côtés des femmes autochtones de l’ONAMIAP pour amplifier leur message.

Faites de même : partagez ce blog avec vos contacts et aidez-nous à faire en sorte que les peuples autochtones soient entendus.

Durant cette COP, qui allez-vous écouter ?