Faire un don Shop
Une rivière serpente à travers une forêt tropicale luxuriante dans les monts Cardamome, au Cambodge.

Léna Prouchet sur l'entrepreneuriat autochtone

Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous pensez à un entrepreneur ? Généralement, les suspects habituels. Elon Musk, peut-être Bill Gates, etc. Qu’en est-il de ces gens qui vivent au cœur de l’Amazonie péruvienne ?

Léna Prouchet, doctorante à l'Université d'Exeter travaillant en collaboration avec Cool Earth affirmerait que les peuples autochtones sont des entrepreneurs depuis des millénaires. Léna est récemment revenue du Pérou, où elle a passé trois mois à étudier le projet cacao mené par Cool Earth dans un village Awajun près de la frontière avec l'Équateur, dans le but ultime de partager des recommandations pour affiner la conception et la mise en œuvre de projets agricoles soutenant les peuples autochtones.

Dans un récent podcast, Léna a été invitée à discuter de son sujet de recherche et de certaines de ses principales conclusions, et nous aimerions partager ci-dessous une partie de ce qu'elle a dit dans ses propres mots.

Entrepreneurs autochtones

Pendant longtemps, la recherche sur ce qu'est l'entrepreneuriat a été dominée par ce que j'appelle l'entrepreneur de type « Elon Musk ». Je pense que si vous allez dans la rue et demandez aux gens ce qu’est un entrepreneur, ils ont toujours cette idée de quelqu’un avec une mentalité de requin qui se concentre sur la maximisation des profits. C’est la vision occidentale commune de l’entrepreneuriat.

Mais les gens doivent comprendre qu’il existe plus d’un milliard d’entrepreneurs dans le monde qui se trouvent ainsi par nécessité parce qu’ils n’ont aucune possibilité d’emploi ou de soutien adéquat de l’État. Je travaille avec des gens qui cultivent et vendent du cacao. Ce sont des entrepreneurs. Mais la recherche les a longtemps ignorés.

Un courant de recherche relativement récent appelé « Entrepreneuriat autochtone » cherche à combler cette lacune en soulignant le fait que les peuples autochtones sont des entrepreneurs depuis des millénaires, travaillant pour eux-mêmes et faisant des affaires qui impliquent l’ensemble de la communauté. Leur esprit d’entreprise n’a pas seulement des objectifs économiques, mais aussi environnementaux et sociaux.

En pratique, j’ai constaté que les entrepreneurs avec lesquels je travaillais ne correspondaient pas exactement à ce que mettait l’accent sur « l’entrepreneuriat autochtone ». Les habitants cherchaient avant tout à générer un revenu grâce à la culture du cacao pour répondre à leurs besoins fondamentaux, mais la préservation de certains aspects de leur mode de vie, et notamment la participation à des activités sociales, semblait plus importante que la maximisation des gains.

L'équipe technique du cacao Lénine et Moisés aux côtés des promoteurs (membres de la communauté engagés pour aider au projet cacao) Amos, Juan et Javier dans la parcelle de Doris Wejin Weepiu dans la communauté Awajún de Huaracayo, Pérou.

Points de vue des partenaires externes sur le développement et les modes de vie autochtones

D'un côté, on a l'impression que les modèles d'aide extérieure imposent la modernisation aux communautés autochtones, en disant « vous êtes en arrière de deux siècles et nous vous aiderons à monter dans le train ». Mais rejeter complètement la modernisation, c’est aussi imposer quelque chose. Lorsque j'étais dans les communautés, j'ai réalisé qu'il y avait un désir d'avoir accès à Internet et à la technologie moderne, mais aussi à de bons systèmes de santé et d'éducation. Le problème du rejet total de la modernité est qu’on dit aux communautés de « rester telles qu’elles sont », figées dans le temps. C’est quelque chose qui est souvent imposé par les chercheurs, souvent basés en Occident, qui projettent des idéaux et romantisent les cultures autochtones. Il faut veiller à ne pas tomber dans les deux extrêmes.

Je pense qu’il faut commencer par demander aux peuples autochtones ce qu’ils veulent. On pourrait penser que ce serait la norme, mais en réalité ce n’est pas le cas.

Cania, Projet Cacao AW

Cania participe au programme cacao de Cool Earth à Urakuza, une communauté Awajun en Amazonas, au Pérou.

L'approche de Cool Earth

J'ai eu de nombreuses discussions avec Cool Earth et ils ont toujours montré une volonté d'évoluer pour devenir les meilleurs partenaires possibles des communautés autochtones et locales avec lesquelles ils travaillent.

Ce que Cool Earth a décidé de faire, ce n'est pas de lancer de nouveaux projets et programmes, par exemple la culture du cacao, en prétendant qu'ils vont révolutionner l'ensemble du processus. Ils examinent plutôt le travail déjà accompli et visent à poursuivre les activités que les organisations précédentes avaient commencées mais laissées au milieu.

Habituellement, ces projets, comme la culture du cacao, arrivent déjà définis et les gens travaillent sur le projet pendant trois ans, voire deux, car il faut un an pour planifier, puis évaluer et clôturer le projet. Et quand un projet se termine, un autre arrive.

Au lieu de cela, Cool Earth travaille depuis huit ans sur un programme sur le cacao sans date de fin, ce qui fait une grande différence. Un cacaoyer, une fois planté, met deux ans et demi à trois ans pour porter ses fruits. Ainsi, lorsqu'un projet est mis en place pour durer seulement deux ou trois ans, la population locale affirme que c'est problématique car les projets s'arrêtent souvent avant même de commencer les récoltes.

Un autre défi de ces interventions est qu’elles ont tendance à être définies à l’avance, avec peu ou pas de consultation des participants locaux. La mise en place de véritables approches participatives est très complexe et nécessite du temps et des ressources. Léna travaille actuellement sur des recommandations clés pour Cool Earth afin de poursuivre les processus participatifs avec leurs partenaires et de garantir que la majorité puisse bénéficier de son soutien.

Travailler avec des experts comme celui de Léna nous aide à évaluer et à apprendre continuellement en tant qu'organisation caritative et à améliorer nos programmes mondiaux. Pour en savoir plus sur Léna, consultez ce blog récent, ou pour tous les francophones, écoutez le podcast ici toi même!