Faire un don Shop

Cultures indigènes, cultures durables

Avez-vous déjà entendu parler du pijuayo? À Amazonas, au Pérou, cette plante est sur le point de devenir plus abondante que jamais pour aider 134 familles des communautés Awajún à améliorer leur nutrition et leurs pratiques agricoles.

Le pijuayo est un palmier indigène des forêts tropicales amazoniennes, qui, comme l'explique Isabel Aranda, consultante de l'équipe de Cool Earth, est idéal pour mettre en œuvre des pratiques agricoles plus durables qui profitent directement aux participants. "En plus d'être une plante locale, presque toutes ses parties sont utiles, et comme il s'agit d'un arbre indigène, le sol des communautés où il sera planté est optimal pour qu'il pousse et se reproduise facilement." De cette façon, l'érosion des sols et d'autres coupes d'arbres pour ouvrir de nouveaux espaces agricoles sont évitées.

Pourquoi ces caractéristiques sont-elles importantes ?

L'augmentation rapide de la pauvreté au Pérou signifie que plus de 16 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire ou n'ont pas accès à suffisamment de nourriture pour mener une vie saine. Ces conditions contribuent à des problèmes tels que l'anémie et la malnutrition, qui affectent principalement les enfants.

Bien qu'il y ait 1.8 million d'agriculteurs de subsistance dans le pays, beaucoup ne peuvent produire que suffisamment de nourriture pour se nourrir et nourrir leur famille, mais pas assez pour gagner de l'argent pour d'autres nécessités telles que les médicaments, les factures scolaires et les vêtements.

Federico, membre de la communauté Awajún

Federico, membre de la communauté Awajún

Comment la plantation de pijuayo aide-t-elle?

Les modes de vie des gens sont étroitement liés à la forêt tropicale dans les communautés indigènes comme les Awajún. Cependant, en raison de la surexploitation des ressources naturelles, ces personnes ne peuvent plus se nourrir suffisamment de leur environnement. En conséquence, ils ont dû changer leurs traditions et apprendre l'agriculture et la pisciculture.

Federico est un membre de la communauté Awajún d'Urakuza, où il a alloué une partie de sa terre pour une pépinière qui sera utilisée pour cultiver des plants de pijuayo. Ces jeunes arbres seront ensuite livrés aux familles locales afin qu'elles puissent les cultiver dans leurs champs et profiter également de leurs bienfaits.

« Je suis un membre natif de cette communauté. Je travaille sur ma parcelle de terrain, où j'ai déjà des plants de pijuayo. En trois ou quatre ans, le pijuayo porte des fruits et nous fournit son « chonta » (la partie la plus tendre de sa tige), et son suri (un petit ver)… », nous raconte-t-il.

Federico travaille avec Isabel

Le fruit du pijuayo pousse en grosses grappes et est riche en huiles essentielles, en vitamines A et E. La partie la plus tendre de sa tige, appelée « chonta », a une faible teneur en matières grasses et une teneur élevée en fibres. Cette combinaison de vitamines et de haute valeur nutritionnelle fait du pijuayo une culture précieuse. Il existe également un type de larve qui vit dans la plante pijuayo appelée « suri ». Cet insecte a une teneur élevée en protéines et est l'une des rares sources de protéines facilement disponibles, et donc très importante.

« J'ai décidé de soutenir ce projet car je pense qu'après cela, on pourra aussi essayer d'autres types de plantes. Il y a beaucoup de choses qu'on peut cultiver… En ce moment, plus que jamais, il faut faire attention car ce n'est plus comme avant. Il ne reste presque plus de forêt. Nous devons planter. J'ai planté ici du Tornillo, qui est une espèce utilisée pour fabriquer des meubles en bois, et maintenant il n'en reste presque plus… Je crois que la conservation de la forêt est importante.

Pour construire un avenir plus résilient pour tous, nous devons faire entendre la voix des peuples autochtones et de leurs communautés locales. Savoir comment nous avons rendu cela possible dans notre Rapport d'impact