Une scène donnant directement sur une pluie tropicale dense

De nouvelles espèces de guêpes découvertes en Amazonie péruvienne

… mais est-ce que ça raconte toute l’histoire ?

Les chercheurs ont découvert une espèce de guêpe nouveau dans la science dans le Amazonie péruvienne. Rencontrez Amazonica Capitojoppa !

Un groupe de scientifiques de l'Université de Turku, en Finlande, effectuait des recherches sur la biodiversité dans la réserve nationale Allpahuayo-Mishana lorsqu'ils ont rencontré cette espèce de guêpe.

image de Kari Kaunisto tirée de l'article https://eu.usatoday.com/story/news/world/2023/10/03/capitojoppa-wasp-found-amazon-rainforest/71003766007/

Il est important, cependant, de reconnaître que cette découverte d'espèce n'est qu'une nouveauté pour la science occidentale, mais pour les peuples autochtones vivant dans ces forêts tropicales, cette guêpe a probablement déjà été « découverte ». Afin d’honorer les peuples autochtones, un débat est en cours au sein de la communauté scientifique sur la possibilité de nommer les espèces d’après des noms autochtones déjà utilisés.

Len Gillman, professeur de biogéographie à l'Université de technologie d'Auckland en Nouvelle-Zélande, l'a exprimé ainsi dans un article récent« Cela m'a tout simplement semblé une chose très coloniale à faire : emménager dans un lieu et essentiellement renommer tout ce qui portait déjà des noms – des noms qui incarnaient le savoir des peuples autochtones et étaient importants pour leur sentiment d'appartenance et d'appartenance ».

Il est important de ne pas perpétuer l’idée selon laquelle la forêt amazonienne (et tous les écosystèmes en général) est cet éden vierge de la nature qui ne demande qu’à être découvert par les scientifiques occidentaux. Les peuples autochtones vivent dans les forêts tropicales depuis des millénaires et comprennent déjà parfaitement pourquoi leur diversité biologique est vitale pour une planète saine.

Il existe un millier d’autres espèces qui n’ont pas encore été découvertes par les scientifiques qui ont et auront le privilège d’appeler la forêt tropicale leur site de terrain.

Reconnaître que ces futures « découvertes » sont rendues possibles parce que les propriétaires de ces terres ont aimablement partagé leurs connaissances ou leur compréhension d’un écosystème complexe serait un grand pas vers une communauté scientifique plus humble et plus inclusive.