Faire un don Shop

Journée mondiale de l'eau – des réservoirs d'eau pour chaque foyer

En cette Journée mondiale de l'eau, nous entendons Ricky Imanuakan, coordinateur du programme Livelihood dans notre Papouasie-Nouvelle-Guinée bureau, sur l'importance de l'accès à l'eau potable et sur le projet WaSH.

Réalités de l'accès à l'eau potable

La plupart de la population de Province de la baie de Milne de Papouasie-Nouvelle-Guinée vivent un mode de vie traditionnel. Beaucoup vivent en dessous du seuil de pauvreté avec peu de possibilités d'emploi ou d'entreprise. L'accès à l'eau potable et la pauvreté sont inextricablement liés. Une mauvaise santé entrave les moyens de subsistance des gens et les empêche de participer pleinement à leurs communautés. La majorité de la population de Milne Bay n'a pas accès à un approvisionnement en eau "amélioré", ce qui signifie que les maladies d'origine hydrique telles que la diarrhée et les maladies de la peau sont monnaie courante. Dans les zones de partenariat de Wabumari et Gadaisu, 92 % des personnes interrogées en 2016 pensaient que leur source d'eau potable n'était pas sûre et 87 % ont déclaré qu'elles n'étaient pas heureuses de laisser leurs enfants la boire.

Projet d'approvisionnement en eau des villages ruraux

Le projet d'approvisionnement en eau des villages ruraux vise à améliorer la santé à la fois au niveau de la famille et de la communauté en général, et à son tour à améliorer la productivité, en donnant accès à un approvisionnement en eau salubre.

La collecte de l'eau reste en grande partie la responsabilité des femmes et des enfants qui parcourent de longues distances pour s'approvisionner auprès des puits, des sources et des rivières. En réduisant le temps d'accès à l'eau potable, les femmes peuvent contribuer au développement durable de leur communauté.

Pour lutter contre le manque d'éducation au sein des communautés concernant l'assainissement et l'hygiène, qui contribue à la maladie et à la mortalité, des ateliers et des formations sont également organisés pour sensibiliser à la relation entre l'hygiène, l'assainissement et la santé.

Cool Earth met en œuvre un projet qui offre non seulement des avantages à long terme à la forêt et aux populations, mais répond également à leurs besoins immédiats. Il s'agit de notre projet Eau, assainissement et hygiène (WaSH) en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où nous pouvons voir des changements dans la santé et le bien-être des gens presque immédiatement.

En collaboration avec le projet d'assainissement de l'approvisionnement en eau en milieu rural (RWSSP) de l'Église unie de Papouasie-Nouvelle-Guinée (UCPNG), nous avons mis en place des activités WaSH, en réponse au COVID-19, sur les sites des projets de Cool Earth et les communautés voisines. Les résultats de ce projet ont inclus 2649 personnes recevant des informations sur le COVID-19 et adoptant des changements de comportement hygiéniques. Et cela ne s'est pas arrêté là, cela a également permis à 1036 enfants d'avoir accès à de l'eau potable et lavage des mains.

Les réservoirs d'eau stockent de l'eau propre et améliorée

Prochaine phase du projet WaSH

 

Cool Earth réalise actuellement un autre grand projet WaSH ciblant ses quatre communautés partenaires, dont deux écoles. Le projet vise à améliorer l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et aux conditions d'hygiène des communautés et à promouvoir l'exploitation et l'entretien durables au niveau local des systèmes d'eau et d'assainissement. En plus des écoles, il y aura un total de 90 réservoirs domestiques de collecte d'eau de pluie qui ont déjà été livrés à deux communautés. Ces réservoirs nécessitent peu d'entretien et ne sont pas vulnérables à la salinisation comme le sont les puits lorsque le niveau de la mer monte.

Le haut-commissariat britannique s'est également intéressé à ce que faisait Cool Earth dans le cadre de son programme WaSH et a financé trois réservoirs d'eau de 3000 XNUMX litres qui sont en cours d'installation dans les écoles. Le programme comprend également la sensibilisation et la mise en place d'installations WaSH dans les écoles.

Avec notre partenaire, nous plaidons auprès des gouvernements, des donateurs et du secteur privé pour améliorer les services WaSH dans les écoles et pour faciliter l'échange de connaissances et l'apprentissage. L'hygiène et la promotion de pratiques comportementales hygiéniques, comme le lavage des mains, en particulier dans les écoles, contribueront à améliorer la santé des enfants et la fréquentation scolaire, offrant l'avantage indirect à long terme de lutter contre la marginalisation grâce à une meilleure éducation.

Des personnes en bonne santé qui participent aux décisions locales et à l'utilisation traditionnelle des terres forestières sont ce qui protégera notre forêt et notre climat.

Si vous souhaitez aider à financer notre projet WaSH, qui verra quatre nouveaux réservoirs d'eau de pluie installés dans les écoles et les centres de santé de nos partenariats en Papouasie-Nouvelle-Guinée, vous pouvez affronter notre Race for Rainforest défi en mai. Courez, nagez, marchez ou faites du vélo sur 50 miles tout au long du mois et collectez des fonds tout en le faisant. 

Si ce n'est pas votre truc, vous pouvez faites un don directement à la collecte de fonds ici.