Faire un don Shop

L'ONAMIAP et Cool Earth signent un accord

RENFORCER LES COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES POUR FAIRE FACE À LA CRISE CLIMATIQUE

L'ONAMIAP et Cool Earth signent un accord de coopération interinstitutionnel

Le lundi 24 avril, La Organización Nacional de Mujeres Indígenas Andinas y Amazónicas del Perú (l'Organisation nationale des femmes autochtones andines et amazoniennes du Pérou) (ONAMIAP) et Cool Earth ont signé un accord de coopération interinstitutionnel pour articuler les efforts et les ressources qui contribuer au renforcement de l'autonomie, à la protection des territoires, à la participation des femmes et à la résilience des communautés autochtones face à la crise climatique.

Cet accord a été signé par la présidente de l'ONAMIAP, Ketty Marcelo, et la directrice nationale de Cool Earth au Pérou et responsable des programmes, Isabel Felandro, pour trouver solutions locales pour l'adaptation et l'atténuation contre le changement climatique par les peuples autochtones.

Présidente de l'ONAMIAP, Ketty Marcelo, et la directrice nationale de Cool Earth au Pérou et responsable des programmes, Isabel Felandro

Les deux représentants ont convenu de la nécessité de planifier les activités avec une approche territoriale, reconnaissant la dynamique sociale des communautés, l'autonomie et l'autodétermination des peuples autochtones et la l'importance d'inclure et d'élever la voix des femmes.

Ainsi, l'ONAMIAP et Cool Earth travailleront à la conception et à la planification d'activités destinées aux familles et aux communautés pour contribuer à la construction de changements pour atteindre la justice climatique.

Ketty Marcelo (présidente de l'ONAMIAP), Isabel Felandro (directrice nationale de Cool Earth au Pérou et responsable des programmes), Patricia Quiñones (responsable des transferts monétaires, Pérou)

Qui sont l'ONAMIAP ?

Le Organización Nacional de Mujeres Indígenas Andinas y Amazónicas del Perú (ONAMIAP) est née le 25 novembre 2009, Journée internationale contre la violence à l'égard des femmes, à la suite d'un long processus de formation, de débat et d'articulation entre sœurs de différentes régions. Notre congrès fondateur s'est tenu dans une grande joie et a servi d'espace pour renforcer nos liens et prendre la décision de nous établir comme une organisation où les femmes autochtones peuvent exprimer nos voix, qui pendant de nombreuses années étaient silencieuses et invisibles.