Faire un don Boutique
Cool Earth s'associe aux artisans Teesh. Nous leur fournissons des outils et du matériel pour travailler avec des graines ancestrales récoltées dans la forêt tropicale. Ces mères utilisent ces revenus pour subvenir aux besoins de leur famille.

Un pas en arrière dans la reconnaissance des droits autochtones

Le Congrès péruvien a adopté des amendements à la loi sur les forêts et la faune sauvage en janvier 2024, suscitant le tollé des groupes autochtones de tout le pays. Surnommée « loi anti-foresterie », elle est condamnée pour sa grave menace à la forêt amazonienne et aux droits des peuples autochtones qui y vivent.

Une histoire de participation et de protection

La loi originale sur les forêts et la faune a été une réalisation historique, élaborée au cours d'un vaste processus entre 2009 et 2011. Ce processus a réuni le gouvernement péruvien, les peuples autochtones et les communautés locales lors de plus de 50 réunions pour créer cette législation cruciale.

Avant sa modification, la loi forestière visait à promouvoir la conservation, la protection et l'utilisation durable des forêts péruviennes.

Ignorer les droits autochtones au profit des intérêts des entreprises

Cependant, de récents amendements à la loi ont été adoptés par le Congrès péruvien, contournant la consultation des peuples autochtones et préférant donner la priorité aux voix des entreprises privées.

« Bien qu’elle affecte directement les droits des peuples autochtones, la loi anti-forestière n’a pas été consultée avec nous, ni même informée ou élaborée de manière participative avec nos organisations. Cela a été souligné par diverses organisations internationales de protection des droits de l’homme. ONAMIAP, le 20 avril.

Plus de 300 organisations et représentants de la société civile ont déjà parlé dehors contre la loi, mais leurs voix sont restées lettre morte.

Les dirigeants Ashaninka marchant dans la forêt amazonienne.

Les dirigeants Ashaninka marchant dans la forêt amazonienne.

La voix des peuples autochtones

Au cours du week-end dernier, diverses organisations autochtones ont appelé à des manifestations contre ces modifications législatives dans 24 villes du Pérou.

Ruth Luque, députée péruvienne et présidente de la Commission des peuples andins, amazoniens et afro-péruviens, a pris la parole, insistant sur le fait que « cette loi, connue sous le nom de loi anti-forestière, favorise l'impunité pour de multiples crimes environnementaux ».

Ketty Marcelo, dirigeante du peuple Yánesha-Asháninka et présidente de ONAMIAP, notre organisation partenaire autochtone, a lancé un plaidoyer pour la reconnaissance des droits autochtones :

« Au cours des 20 dernières années, un système de dépossession territoriale, à la fois légale et illégale, a été mis en place par les pouvoirs exécutif et législatif. Pour nous, peuples autochtones, tout sur le territoire a de la vie ; c'est la vie que nous sauvegardons. La loi anti-forestière affecte directement nos peuples. Cela viole le droit à notre territoire intégral et ancestral. Cela profite aux envahisseurs, aux bûcherons illégaux et au trafic de drogue. Les impacts sont dévastateurs. Il y a des frères et sœurs qui sont morts en défendant la sécurité de nos territoires.

De Cool Earth, nous nous tenons aux côtés de nos partenaires et demandons l'abrogation immédiate de cette loi qui viole les droits des autochtones et la durabilité de la forêt.